** Lyla libocou **

Petit blog littéraire sans prétention, créé en septembre 2011 et qui a pour but de partager mes lectures avec vous, mes impressions, mais également élargir mes horizons livresques grâce à vous ;) "

mercredi

Fais de beaux rêves, mon enfant.

Fais de beaux rêves, mon enfant, Massimo Gramellini
Editions Robert Laffont, 219 pages
Publié en 2012, traduit par Irène Imbert Molina
19 euros

4ème de couverture:
A neuf ans, Massimo Gramellini se retrouve orphelin. Sa mère, atteinte d’un cancer, meurt d’une crise cardiaque, et son père, inconsolable, le confie rapidement à une gouvernante indifférente. Massimo grandit sans amour, convaincu que sa mère l’a abandonné, et devient un adolescent tourmenté en proie au doute et à la culpabilité. Privé d’affection dès l’enfance, il est incapable d’entretenir avec les femmes des relations durables. Alors, il raconte des histoires. D’abord à ses camarades de classe, auxquels il fait croire que sa mère travaille pour une entreprise de cosmétiques indienne, afin d’expliquer son absence. Il devient ensuite journaliste sportif, puis reporter de guerre, et acquiert une grande notoriété dans le milieu, jusqu’à devenir le vice-président du quotidien La Stampa. Tandis qu’il enchaîne les déceptions amoureuses, il commence à écrire de petits récits partiellement autobiographiques où il réinvente la mort de sa mère. C’est à cette époque qu’une amie de cette dernière entreprend de lui révéler les véritables circonstances de cette disparition. Comment pardonner leurs faiblesses aux êtres que nous aimons, alors qu’elles entraînent des souffrances inguérissables ?


Mon avis:

Je remercie tout d'abord Livraddict ainsi que les Editions Robert Laffont pour cette découverte.

De mémoire, c'est la première fois que je lis un livre autobiographique, et je dois dire que j'ai apprécié cette lecture. Il est vrai qu'à certains moments j'ai décroché, mais bon, pour ma défense, je dirai que le style autobiographique n'est pas forcément le style que je préfère. J'ai trouvé l'histoire touchante, elle m'a apporté beaucoup d'émotions, et je pense qu'en lisant ce livre, chacun peut retrouver une part de soi-même. On a tous un passé plus ou moins lourd, et je pense que ce roman ramène à celui-ci à un moment u un autre.

La vie de Massimo n'est pas simple, et c'est avec beaucoup d'émotions qu'on avance petit à petit dans ce livre. On s'aperçoit du manque inévitable qui est en lui, et c'est à la fois triste et émouvant. Émouvant de voir ce que ressent un petit garçon lorsqu'il a besoin de sa mère!

Le style d'écriture....je ne sais pas si on peut vraiment juger ce point dans la mesure où c'est autobiographique, donc pas besoin de nous emporter avec les mots, on ne fait que suivre la narration. Donc bon, je dirai que c'est agréable, mais comme dis auparavant, ce n'est pas mon style de prédilection....lol

En bref, j'ai apprécié cette lecture même sans être fan de Massimo Gramellini, un livre touchant qui peut apporter beaucoup de choses à chacun, et notamment le dialogue avec ses enfants.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser un petit mot, je vous lirai et répondrai avec plaisir!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...